Présence sur mobile : par où commencer ?

La présence sur mobile est devenue incontournable de nos jours.

L’heure n’est plus à l’innovation où certaines sociétés, aussi peu étaient-elles, décidaient d’anticiper ce mouvement de fond et de porter leur identité sur les appareils de l’information de demain.

Un peu comme le monde du Web il y a plus de dix ans, les entreprises aujourd’hui doivent être présentes sur tactile, et être disponibles aux utilisateurs nomades en demande d’informations, n’importe où, n’importe quand.

Le deux principaux freins à l’adoption du m-marketing résident dans les éléments suivants :

  1. la méconnaissance de la culture mobile
  2. la méconnaissance des solutions techniques possibles (site Responsive, WebApp, appli natives)
  3. le coût de réalisation

Effectivement, avant de se lancer dans le mobile, il faut s’informer sur ces différents points. Vous trouverez dans cet article ce qu’il me semble important de savoir.

1. Habitude et culture mobile

On est bien loin de la souris qui pointe son curseur sur une zone de deux millimètres carrés ; ici, on utilise les doigts ; on ne clique pas, on fait du multi-touch ; la surface de l’écran est petite, ce qui nécessite de repenser et de simplifier drastiquement l’interface ; et comme si cela ne suffisait pas, on y ajoute de multiples nouveautés comme la géolocalisation (regardez où se trouve mon siège social sur la carte), la prise de vue (je scanne un code-barre), la dématérialisation (je signe le contrat sur iPad), etc…

Bref, mon conseil est tout simple, pour se familiariser avec le tactile, téléchargez 1001 applications, analysez-les, observez ce qu’elles vous apportent, et lancez-vous dans le cahier des charges !

2. Solutions techniques

Là encore, il y a des choses à savoir ; on peut distinguer trois orientations :

1/ Site Responsive : c’est une extension de votre site Internet, qui va « automatiquement » s’adapter à la taille du terminal – smartphone ou tablette ; pour illustration, si vous avez trois colonnes sur votre page d’accueil, vous en aurez deux sur tablettes, et une sur mobile (c’est intentionnellement simplifié, sachez que vous pouvez, via une détection du navigateur, rediriger l’utilisateur vers des pages mobiles davantage personnalisées).

2/ WebApp : une webApp n’est pas intégrée au site Internet ; par définition c’est une application au sens thématique du terme, qui va apporter une utilisation bien définie, et bien souvent utiliser les possibilités de l’appareil (géolocalisation, player vidéo, envoi SMS…)

3/ Appli native : alors que la webApp accède au contenu distant sur le Web, l’application native est, elle, téléchargée sur votre appareil, assurant une réactivité incomparable ; de là réside l’essentiel du « Whaou effect » : l’interface réagit instantanément au toucher, il n’y a aucun temps de latence !
Bien évidemment, la réactivité  est nécessaire mais pas suffisante  ; le chemin vers la killer app nécessite de respecter les bonnes pratiques du développement mobile, cela va de soi !

3. Coût de réalisation

La case départ est de rendre votre site Internet disponible sur mobile ; attention, quand je dis disponible, j’entends par là LISIBLE, car oui votre site Internet est accessible via le navigateur mobile, mais il faut alors une bonne dose de courage et de zoom pour lire l’écran, un peu comme si vous étiez à 20 centimètres d’un écran de cinéma !

Faire évoluer un site Internet pour qu’il s’adapte sur les différents écrans nécessite généralement de simples connaissances Web (HTML, CSS), et représente un coût relativement peu important ; c’est ce qu’on appelle un site Responsive : qui répond aux différentes tailles d’écrans.

Conseil No1 : Rendre votre site Responsive

Ensuite, les deux questions qui se posent sont les suivantes :

A quel public vous adressez-vous ?

A titre d’exemple, un parti politique (ou la grande distribution) va chercher à atteindre en « marketing direct » tous les terminaux possibles, c’est-à-dire les utilisateurs iPhone, Android, Blackberry, WindowsPhone etc….
Cela implique donc de lancer une réalisation multi-cible ; on optera donc davantage vers une webApp, où la technologie est unique (techno web) et les coûts logiquement moins élevés.

Quel est votre budget ?

Suivant vos capacités de financement, vous pouvez envisager de réaliser des applis natives sur les principales plateformes (iOS et Android) ; On imagine bien qu’un coût distribué  est plus onéreux qu’un coût unique de WebApp ; Cela est plutôt vrai ; cependant, gardez à l’esprit que le coût n’est pas proportionnel au nombre de plateformes cibles : il faut distinguer la 1ère réalisation du PORTAGE, qui est nettement moins chère (il suffit de « convertir » le code, les principales questions existentielles du projet ont été réglées à ce stade).

Conseil No2 : Optez pour une webApp si vous avez peu de moyen et une cible large

Si par la suite vous avez davantage de budget, ou bien une idée marketing thématique particulière, lancez un développement sur app native en allant chercher le buzz ; par exemple, toujours dans notre exemple de parti politique, on imagine une app Android « Mon Bayrou 2017 » (n’y voyez surtout pas un militantisme politique :)), où le ludique et fun seraient mis en avant.

Conseil No3 : Offrez-vous une présence native sur une thématique précise en allant chercher le buzz

En résumé :

Ces conseils doivent être des éléments structurants à votre raisonnement de stratégie marketing ; vous allez, logiquement et je l’espère, combiner ces conseils pour créer votre propre solution : par exemple l’entreprise « Booking.com » a d’abord créé son site Web Mobile, avant de décliner de multiples applications natives sur les stores ; la dernière, nommée « Tonight », a une thématique particulière et ciblée : les meilleurs hôtels pour ce soir ; simple, et efficace.

D’autres variables rentrent en ligne de compte, par exemple la maturité de votre plateforme de Web Services, élément fondamental dans l’Emission de données ; mais on rentre dans des considérations techniques, cela fera l’objet d’un autre article.


Maxime PITOT
Owner NUBYtouch
Formateur en mobilité au SAE Institute